Communiqués

Nous faisons l’actualité car les personnes et leur réalité nous font agir.

Fondation Agbar / Communiqués / Guillem López Casasnovas : « L’État de bien-être sera durable à partir du travail et de la redéfinition de l’équilibre intergénérationnel »

22 Octobre 2014

Guillem López Casasnovas : « L’État de bien-être sera durable à partir du travail et de la redéfinition de l’équilibre intergénérationnel »

Au cours de sa conférence, intitulée « Intelligence économique, croissance des revenus et bien-être des personnes », Guillem López a appelé à récupérer la justice intergénérationnelle afin de garantir le bien-être de la société : « Les équilibres entre les personnes âgées et les jeunes ont été en termes de redistribution des richesses. Avant, la richesse produite par les jeunes était effectivement redistribuée vers les personnes âgées, mais l’augmentation de la population vieillissante et le haut taux de chômage des jeunes, supérieur à 50 %, a rompu cette réalité ». Il a d’ailleurs tiré la sonne d’alarme en précisant que dans un futur proche, les retraites représenteraient 68 % des dépenses sociales.

Pour l’économiste, l’État du bien-être sera durable à partir de l’emploi et des aides au travail : « Nous devons passer du welfare [bien-être] au workfare [travailler pour le bien-être] ou allocation conditionnée à l’activité avec création de revenu ». Pour cette raison, il préconise d’encourager l’accès au monde du travail pour combattre le chômage et le travail dissimulé.

Par ailleurs, dans le but d’améliorer l’efficacité des services publics, López Casasnovas a indiqué que dans un contexte de manque de culture d’évaluation ou de faibles capacités pour hiérarchiser les politiques publiques, une meilleure formation s’avérait nécessaire en gestion publique et pour la segmentation des politiques publiques.

En outre, face à la possibilité d’une nouvelle récession en Europe, l’économiste considère nécessaire de « réduire la pression fiscale pour donner plus d’argent au contribuable et relancer la consommation privée, sans toucher aux dépenses ». « La tendance actuelle favorise les impôts directs, ce qui devrait obliger les États à proposer des politiques publiques de redistribution qui en tiennent compte et le compensent », a-t-il indiqué.

Angel Simón, président exécutif d’Agbar, a présenté le conférencier en mettant l’accent sur son expérience quant à l’optimisation et l’efficacité des services publics, le financement des économies locales, l’économie de la santé et le système de santé, les balances fiscales ou les équilibres intergénérationnels.

Après la conférence, qui a pu être suivie par le biais des réseaux sociaux, Ciril Rozman, directeur d’Agbar en Amérique, a animé un débat axé sur le rôle de la Banque d’Espagne face à la faillite des caisses d’épargne espagnoles, la viabilité économique d’une hypothétique Catalogne indépendante et la situation du système de santé catalan.

Vous trouverez toutes les informations sur cette conférence et les autres activités du Cercle de l’eau sur www.cercledelaigua.cat et sur le compte Twitter @cercledelaigua.

Nous utilisons des cookies propres et des cookies de tiers pour améliorer nos services, leur rapidité d’accès, et les personnaliser, grâce à l’analyse de vos habitudes de navigation. Si vous poursuivez la navigation, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus sur notre politique en matière de cookies