Communiqués

Nous faisons l’actualité car les personnes et leur réalité nous font agir.

Fondation Agbar / Communiqués / La Fondation Agbar appelle à collaborer avec l’ONG Proactiva Open Arms pour acquérir un canot de sauvetage afin de venir en aide aux réfugiés

13 Juin 2016

La Fondation Agbar appelle à collaborer avec l’ONG Proactiva Open Arms pour acquérir un canot de sauvetage afin de venir en aide aux réfugiés

La Fondation Agbar et Òscar Camps, directeur de l’ONG de Badalona Proactiva Open Arms, la seule ONG dédiée au sauvetage en mer sur la côte méditerranéenne, ont présenté aujourd’hui le projet de collaboration humanitaire grâce auquel ils espèrent récolter l’argent nécessaire pour acheter un canot de sauvetage, soit 29 000 euros.

C’est pourquoi la Fondation Agbar apportera une contribution initiale de 20 000 euros et encourage vivement à faire un don afin d’obtenir les 9 000 euros restants. Ce canot servira à compléter l’action du voilier sur lequel les bénévoles de Proactiva Open Arms embarqueront cette semaine depuis les côtes libyennes. Vous pouvez faire un don sur ce site : www.fundacioagbar.cat/proactivaopenarms-cat.

Òscar Camps, directeur de Proactiva Open Arms et Catalan de l’année 2015, a fait remarquer lors de sa présentation que la mise en œuvre de l’accord de l’Union européenne avec la Turquie a généré l’ouverture de nouvelles routes maritimes encore plus dangereuses, pour que les réfugiés arrivent en Europe depuis les côtes nord-africaines de Libye, d’Égypte, etc. « Pour leur venir en aide, nous partirons de Libye ce vendredi avec un bateau qui nous a été donné afin d’augmenter le dispositif humanitaire déjà en place », a-t-il précisé. Le canot de sauvetage que la Fondation Agbar s’est proposé d’acheter servira à compléter l’action de ce voilier d’aide aux réfugiés.

Òscar Camps a décrit la situation actuelle des réfugiés comme « dramatique ». Il a critiqué l’inaction de l’Europe face aux mafias et la politique « délibérée » de l’Union européenne, qui consiste à obliger les réfugiés à se déplacer vers l’Europe par la mer, « une route beaucoup plus dangereuse que par la terre ».

Òscar Camps a présenté les conditions très difficiles dans lesquelles les réfugiés arrivent en Grèce. « Ce que nous avons vécu en Grèce est inimaginable. Lorsque nous sommes arrivés [à Lesbos], nous nous sommes rendu compte qu’il n’y avait aucune association de soutien pour les réfugiés qui arrivaient sur l’île grecque. Nous avons réussi à secourir plus de 8 000 personnes à la dérive, au début avec des embarcations abandonnées par les réfugiés, car nous n’étions pas autorisés à utiliser notre matériel. La situation n’a pas changé jusqu’à ce qu’un naufrage massif se produise. » Grâce à leur présence sur place, Òscar Camps explique comment ils ont réussi à faire en sorte que les garde-côtes et les garde-frontières mettent en place des mesures d’aide pour les réfugiés. « En tant que société, nous devons agir et défendre les droits de l’homme », a-t-il conclu.

Ignacio Escudero, directeur général d’Aigües de Barcelona, est également intervenu durant cette rencontre. Il a présenté l’intervenant en soulignant son courage pour s’être installé à Lesbos en septembre dernier avec un groupe de bénévoles, dans le but de sauver le maximum de vies possible. « Son initiative personnelle a inspiré un mouvement qui sauve beaucoup de vies tout en éveillant la conscience de nombreuses personnes », a insisté Escudero.

Nous utilisons des cookies propres et des cookies de tiers pour améliorer nos services, leur rapidité d’accès, et les personnaliser, grâce à l’analyse de vos habitudes de navigation. Si vous poursuivez la navigation, nous considérons que vous acceptez leur utilisation. Pour en savoir plus sur notre politique en matière de cookies